Page principale.

 

Le Borinage

   Mines du Borinage

   Levant de Flénu

   L'accident du Fief

   Sociétés Boraines

 

Le Centre

   Mines du Centre

   Charb. de  Ressaix

   Bois-du-Luc

   Sociétés du Centre

 

Le Pays Noir

   Mines du Pays Noir

   Le Bois du Cazier

   Sacré-Madame

   Sociétés carolos

 

Le Hainaut

   Immigration Italienne

   La CECA

 

Le mineur au 19ème

   Les métiers

   Lampes : historique

   Quelques notions

 

 

Page principale

 

 

LE CENTRE


L’exploitation du charbon dans la région du Centre remonte à la fin du 12ème siècle. A cette époque, l'abbaye de Bonne-Espérance possédait un endroit appelé : Cour des Carbonnières. En 1299, le Seigneur du Roeulx donna son autorisation à l’abbaye de Bonne-Espérance, pour une exploitation (de charbon de terre) à Houdeng-Gœgnies. Les exploitations étaient de faible profondeur. Par la suite, les exploitations s’étendirent à Strepy en 1378, Morlanwelz en 1372, La Louvière en 1390, Haine-St-Paul en 1401, Haine-St-Pierre et la Hestre en 1410, Sars-Longchamps en 1423, … Mais ces petites exploitations étaient vite abandonnées dès que les puits étaient envahis par les eaux souterraines. En 1685, se créa la société du Grand Conduit et du Charbonnage d’Houdeng. Cette société qui devint par la suite la Société Anonyme des Charbonnages de Bois-du-Luc à Houdeng-Aimeries était destinée à une incroyable longévité car l’exploitation dura de 1686 à 1973.

Au 18ème siècle, de nombreuses sociétés charbonnières se créèrent : La Barette en 1735, Sart-Longchamps en 1747, Houssu en 1751, La Hestre et Redemont en 1756, Bascoup en 1768, St-Denis et Obourg en 1784, etc.… L’arrivée de la machine à vapeur (dite aussi machine à feu), révolutionna l’exploitation charbonnière. Inventée en 1706 par l’Anglais Newcomen, elle servait à pomper l’eau des mines et permit une exploitation toujours plus profonde. En 1766, la société de la Barette fut la première à en installer une dans la région du Centre. Par la suite, ce fut la société de Bois-du-Luc en 1779, Bascoup en 1788 et Sars-Longchamp en 1789. A cette époque les sociétés devaient reverser un droit de terrage ou entrecens. L'abbaye de Saint-Denis, par exemple, percevait l'entrecens (environ 1/6 de la production) sur la société du Grand Conduit et du Charbonnage de Houdeng. Au debut du 19ème siècle, ce privilège fut abolit, dans le Centre et dans le Hainaut, par Napoléon 1er.

Le 19ème siècle, fut un grand siècle pour le Centre, beaucoup de sociétés (fonderies, Hauts-fourneaux, entreprises ferroviaires, etc. …) s’installèrent dans le bassin houiller. La création de nouvelles sociétés charbonnières en fut la conséquence : Mariemont en 1801, Péronnes, Maurage et Boussoit en 1827, Bois-d’Haine en 1838, Piéton en 1843, etc. …

En 1802, Nicolas Warocqué, son frère et d'autres associés constituèrent la société du Parc de Mariemont. La famille Warocqué, eut par la suite de nombreux intérêts dans les charbonnages (et la métallurgie) de la région.

La production augmentait de plus en plus et la main d’œuvre locale ne suffisait plus. Afin d’appâter d’autres travailleurs, certaines grandes sociétés firent bâtir de grandes cités minières à l’image du Grand-Hornu (en 1819). Dans le centre, la société de Bois-du-Luc décida la construction de la cité de Bosquetville en 1838. Chaque famille disposait d’un certain confort pour l’époque et même d’un jardin. Par la suite, d'autres infrastructures viendront faciliter encore plus la vie de la cité : Boucherie, moulin, hospice, école, salles des fêtes, etc… On pouvait naître, vivre, travailler et mourir dans ce genre de cité. Les patrons charbonniers avaient créé (à Bois-du-Luc mais aussi dans d'autres cités) des petites villes autour du charbonnage pour "fidéliser" les travailleurs.

Dans la deuxième partie du 19ème siècle, une partie des sociétés du Centre furent absorbées par des Charbonnages du bassin de Charleroi (la Compagnie des Charbonnages de Piéton, les Charbonnages de Carnières-Sud, ...). En 1888, le canal du Centre était encore en construction, mais on inaugura l'ascenseur n°1. Les patrons charbonniers de la région de Charleroi ont beaucoup poussé pour sa réalisation, et ce pour permettre le transport de leur charbon vers la France. Le canal ne fut fonctionnel qu’en 1917. Avant la guerre 14-18, le Centre était une région très prospère et les sociétés charbonnière n'hésite pas à investir : en 1903, le premier Turbo-Groupe de Belgique (0,3 MW) fut installé au Quesnoy à Trivières (puits dépendant de Bois-du-Luc), en 1906, les Charbonnages de Ressaix acquièrent la concession de Genk-Sutendael en Campine, ... La région n'était pas en reste car les sociétés de la région effectuaient des sondages dans les communes non encore exploitées (Buvrinnes, Bienne-lez-Happart, ...) afin d'essayer trouver de nouveaux gisements et d'augmenter la production, souvent sans succès.

Après la guerre 14-18, le Centre accroît sa production de 21%, grâce à de nouvelles exploitations : sièges Marie-José de Maurage, Bray et Levant de Mons. A cette période, la région connu beaucoup moins de mouvement sociaux.

Mais, en 1930, la crise toucha le secteur charbonnier. Les charbons issus des veines minces et irrégulières des charbonnages Hainuyers commencèrent à être concurrencés par les charbons étrangers. 

Après la guerre 40-45, on commença à faire venir en Belgique plus de travailleurs étrangers, beaucoup d'italiens mais aussi des espagnols, des grecs, etc … Dans certaines exploitations du Centre, on comptait 75% de mineurs d'origine étrangère travaillant dans le fond. A cette époque, beaucoup croyaient encore que les affaires allaient reprendre. Et grâce à des subsides, certains charbonnages, comme les Charbonnages de Ressaix, investirent dans de grandes infrastructures.

En 1951, la Belgique signa les accords de la CECA. A l’instar des autres bassins, les fermetures se succèdent dans le Centre : Mariemont en 1955, Ressaix en 1956, Bois-du-Luc en 1959, Havré en 1966, etc. …

L’ultime siège appartenant à la S.A. de Bois-du-Luc, le Quesnoy à Trivières, ferma le 15 juin 1973. Ce fut le dernier site à extraire du charbon dans la région du Centre.