Page principale.

 

Le Borinage

   Mines du Borinage

   Levant de Flénu

   L'accident du Fief

   Sociétés Boraines

 

Le Centre

   Mines du Centre

   Charb. de  Ressaix

   Bois-du-Luc

   Sociétés du Centre

 

Le Pays Noir

   Mines du Pays Noir

   Le Bois du Cazier

   Sacré-Madame

   Sociétés carolos

 

Le Hainaut

   Immigration Italienne

   La CECA

 

Le mineur au 19ème

   Les métiers

   Lampes : historique

   Quelques notions

 

 

Page principale

 

 

CHARLEROI - LE PAYS NOIR


Le Pays Noir, tient une place importante dans l'histoire du charbon en Wallonie. On pense inévitablement au Charbonnage du Bois du Cazier, mais aussi au Roton à Farciennes, le dernier charbonnage ayant extrait du charbon en Wallonie, sans oublier, la S.A. des Charbonnages de Monceau-Fontaine qui fut la plus importante des sociétés charbonnières belges.

On ne sait pas avec précision, quand démarra l'exploitation du charbon dans la région de Charleroi. Le plus ancien document se rapportant aux houillères dans la région date de 1251. Il s'agit d'un document faisant mention d'un accord entre l'abbé de Lobbes et l'Evêque de Cambrai. Ce document atteste que chacun possédait la moitié d'une houillère de Gilly. Par la suite, des houillères sont mentionnées à Lodelinsart en 1380, Gosselies en 1542, Jumet en 1544, Marchienne en 1570 . Au fil des siècles le charbon ne servait qu'au chauffage, feux de forges, maréchaux, … Les verriers ne l'utilisèrent qu'à partir du 17ème siècle et la sidérurgie à partir du 18ème siècle. Vers 1735, la première machine à feu du bassin fut installée à Lodelinsart par Jacques Desandrouin, un grand industriel de l'époque. Une vingtaine d'années plus tard, plusieurs grandes sociétés se fondairent dont Notre-Dame-au-Bois à Jumet et Sacré-Madame à Dampremy, elles se dotèrent aussi d'une machine à Feu. Grâce à ces machines (à feu ou à vapeur), le rendement augmenta et le prix du charbon baissa, favorisant ainsi l'industrialisation du bassin. L'industrie du fer prit alors son essor dans la région.

Vers 1770, il y avait dans la région, 32 fosses exploitées, ainsi que de nombreuses petites fosses appelées "cayats". Ces indénombrables "cayats" étaient en fait des petits puits d'environ deux mètres de diamètre, qui n'atteignaient pas souvent les 40 mètres de profondeur. Ils étaient rarement maçonnés ou étançonnés. Les mineurs descendaient dans ces puits grâce à un tonneau fixé au bout d'une chaîne, elle même actionnée grâce à un treuil à manivelle. Le tonneau servait aussi à remonter le charbon extrait. Au début du 19ème siècle, plusieurs sociétés se constituèrent sur base de ces cayats. L'une d'elles qui devint par la suite la société "Monceau-Fontaine", mais il y eu aussi dans la région : Nord de Gilly à Fleurus, Charbonages de Lodelinsart, etc... Et l'exploitation du charbon se développa partout dans le bassin. En 1830, il y avait cent vingt-huit puits dans la région, la plus grande profondeur était de deux cents mètres. On comptait trente quatre "châssis à molettes" et onze machines à vapeur ou à feu opéraient au pompage des eaux dans les puits. A cette époque, environ 75 % de la production du bassin était concentrée dans les communes de Gilly, Lodelinsart, Châtelineau, Montignies-sur-Sambre et Charleroi. Le manque de voies de communication, oblige les sociétés du bassin carolo à vendre leurs charbons à un prix inférieur à ceux vendu par les sociétés du Borinage, dans certains cas jusqu’à deux fois moins cher.

Mais en 1839, grâce au creusement d’un canal reliant l’Oise à la Sambre, le marché parisien, jusque là réservé aux charbons borains, s’ouvre aux sociétés carolo. A partir de 1841, une surproduction entraîna une chute des prix et salaires (parfois de 10% par an). Auquel se succéda une série de faillites et rachats. De plus, à cette époque, l'extraction de la houille était loin d'être aussi importante que dans les autres bassins miniers comme le Centre ou encore le Borinage. Le bassin était, en fait, le moins productif et le plus dépassé du Hainaut. Ce qui obligea des fusions qui donnèrent naissance à de plus grandes sociétés : en 1846, création de la Société des Charbonnages de Charleroi. En 1852, Monceau-Fontaine racheta le du Charbonnage du Martinet. En 1862, réunion du Charbonnage d'Amercoeur à Jumet avec la société de Naye-à-Bois. En 1868, de la fusion de quatre concessions créa la société du Centre de Gilly, ect …

Les fonds provenaient de Charleroi, mais aussi de Bruxelles et même de France (Lille, Paris, ...). Mais les patrons sidérurgistes faisaient pression sur les société du bassin, ils n'hésitèrent d'ailleurs pas à s'approvisionner en Allemagne. Leur but était de faire baisser le prix du charbon belge. Vers 1873, les affaires reprirent, mais d'autres conflits sociaux éclatèrent régulièrement et le prix du charbon rechutait, les salaires suivaient. Et ce en alternances avec les grèves des ouvriers métallurgistes du bassin.

 

Mineurs Carolos     Puits des vallées.   

Ces fluctuations continuèrent jusqu'à la guerre 1914-18, suivi par une période de grande prospérité. En 1929, le nombre de mineurs Carolos étaient de 42.300 pour une extraction annuelle de 7.763.000 Tonnes. A cette époque, vingt-six sociétés formaient l'Association Charbonnières des Bassins de Charleroi et de la Basse-Sambre, elles organisaient une exploitation intensive et lucrative. Le bassin produisit jusqu'à 30% de la production annuelle belge, surpassant tout les autres bassins du pays. Certains puits étaient à la pointe : au Cazier, on automatisa l'encagement ainsi que la circulation des wagonnets en surface dès 1930. Certains charbonnages se dotèrent de centrales électriques. Une centrale éléctrique à charbon permettait de brûler une partie des charbons invendables (auparavant stockés), elle fournissait aussi l'électricité nécessaire aux installations modernes et le surplus de courant était revendu au réseau. Cet investissement se révélait très rentable pour un charbonnage. Une partie des installations de ces centrales électiques étaient fabriquées aux ACEC, notamment les alternateurs.

 

Souvenir du Pays noir, la carte la plus populaire de cette époque.     Souvenir du Pays noir.     Souvenir du Pays noir.

La province du Hainaut produisait encore plus de 60 % de la production totale  de charbon belge. Celui-ci bénéficiait d'un important trafic à l'exportation : France, Hollande, Suisse, … Par contre, arrivaient en Belgique de nouvelles énergies ainsi que le charbon étranger qui commença à concurrencer le charbon belge grâce à des prix plus compétitifs. L'industrie charbonnière belge traversa alors une grave crise. Une surproduction des charbonnages belges entraîna d'importantes pertes d'emplois, le nombre total d'ouvriers mineurs en Belgique, passa de 173.000 en 1928 à 117.000 en 1940. A noter que malgré les fusions, le bassin Carolo comptait toujours plus de petites sociétés exploitant des concessions modestes que les autres bassins. Certaines d'entre elles étaient détenues, en tout ou partie par des entreprises métallurgiques. Ce qui limitait la nécessité de fusionner pour survivre.

En 1951, la Belgique signa le traité de la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier (la CECA) qui ouvra les frontières, et fit baisser le prix du charbon. Malgré des dédommagements payés par la CECA, les mines belges fermèrent les unes après les autres. La production de charbon dans la région de Charleroi, passa de 7.000.000 T. en 1950 à 5.000.000 T. en 1960. Même une société telle que les Charbonnages de Monceau-Fontaine n'y échappa guerre. Cette société avait géré 7.260 hectares de concessions et fût la plus importante société charbonnière Belge, mais comme les autres, elle finit par mettre la clef sous le paillasson. En 1975, ce fut le siège du "Pêchon" à Couillet qui ferma. A cette époque, toutes sociétés confondues, il ne restait que 5 puits en activité dans le Pays Noir. Ils fermèrent les uns après les autres : le puits de Tergnéé à Aiseau-Presles en 1977, le puits n° 18 dit "Parent" à Marchienne en 1978, le puits n°19 dit "Bas Long Prés" à Marchienne en 1979 et le puits n°17 dit "Bois des Vallées" à Piéton en 1980. Et en 1984, malgré des subsides, le Roton à Farciennes, fermait ses portes, mettant ainsi un point final à l'histoire de l'extraction du charbon en Wallonie.

     Charbonnage de Pont-de-Loup.